Archive for the ‘Games’ Category

Racedriver GRID : les Codemasters frappent encore

RaceDriver GRID est un jeu de bagnoles stupéfiant. Oeuvre des « CodeMasters », il ressemble beaucoup à leur dernier opus, « DiRT« . Au premier coup d’oeil, on a l’impression d’un « DiRT sur route », avec des courses sur circuits organisés par saisons s’achevant par les « 24 minutes du Mans ». Au second coup d’oeil, on apprécie la variété des véhicules, la gestion des sponsors permettant de monter une équipe incluant un équipier, les types de courses variés donc des Drift piqués aux « Need for Speed ».

Sur le plan technique, GRID apporte surtout une fantastique gestion des dégats : à chaque choc, la voiture se déforme de façon très crédible et se comporte ensuite de façon très cohérente, en tirant à gauche ou à droite. Regardez ça:

Une autre innovation intéressante concerne les sauvegardes : on peut « remonter le temps » après un crash en visionnant les dernières secondes de la video playback, et reprendre la course juste avant de commettre l’erreur fatale. En gros, c’est le même système que dans un des derniers « Prince of Persia », très fun et agréable.

Publicités

Trials2 : un peu de physique, beaucoup de fun !

Trials 2 de RedLynx est un de ces petits jeux tout bêtes, bien faits, pas chers, et horriblement prenants.

On pilote une moto de trial avec les 4 touches de direction : [haut] et [bas] pour accélérer et freiner, [gauche] et [droite] pour s’assoir ou se lever sur le siège, ce qui change complètement le comportement de la moto le long d’un parcours semé d’embûches :

La qualité de la simulation physique fait tout l’intérêt du jeu : la moto a un comportement vraiment très réaliste, l’adhérence et les rebonds dus aux amortisseurs sont parfaits. Il faut bien s’asseoir en arrière pour que la roue arrière adhère bien lors des accélérations, et se lever pendant les sauts pour ne pas faire des « backflips » involontaires. On peut même jouer des gaz et du frein en l’air pour faire tourner la moto par conservation du moment cinétique, comme les pros du supercross !

On se rate très souvent, et les chutes étant aussi rendues de manière physiquement réaliste, on se marre autant que devant VideoGag. Un petit compteur d’os brisés illustre d’ailleurs un avantage indiscutable du trial virtuel par rapport à celui qui réchauffe la planète.

Le moteur graphique maison donne un rendu 3D impeccable d’une scène essentiellement 2D, le tout sans requérir un PC hyper puissant, un autre avantage que Jacky appréciera.

Téléchargez la version gratuite ici, il y a déjà bien de quoi s’amuser quelques heures. Après, ce n’est que $20 pour avoir la totale.

DiRT, le meilleur jeu de bagnoles

Après le très médiocre Need for Speed ProStreet, je cherchais un nouveau jeu de bagnoles pour me défouler et je l’ai trouvé. Colin McRae DIRT est un excellent jeu de rallye extrêmement réaliste et varié. On y conduit toutes sortes de voitures, de buggy et même de camions sur toutes sortes de pistes plus ou moins poussiéreuses dans toutes sortes de courses.

Côté réalisme, outre une qualité graphique à couper le souffle, c’est surtout la physique des véhicules qui m’a estomaqué.

L’adhérence sur les différentes surfaces est parfaitement simulée en considérant séparément chacune des roues. De plus, les dégâts aux véhicules sont aussi très bien gérés :  non seulement la carrosserie conserve les traces des touchettes, mais la physique et les performances du véhicule sont altérées en cas de chocs. Un nid de poule un peu profond fausse légèrement la direction, mais une sortie de route peut sérieusement diminuer la tenue de route voire la puissance de votre voiture.

Un excellent jeu, indispensable si vous avez un volant branché à votre PC.

Phun – bac à sable de physique 2D

Une autre petite appli sympa de physique en temps réel : Phun.

 

On peut la télécharger ici, et partager des fichiers d’exemple ici. Il y a même une combine pour faire des engrenages. Vais essayer de faire un échappement d’horlogerie (le test qui tue…)

BioShock

J’ai vachement bien fait d’upgrader mon PC, ça m’a permis de dévorer LE jeu de 2007 :

BioShock est incroyablement prenant grâce à une ambiance unique soutenue par une réalisation quasiment irréprochable. On se retrouve plongé dans Rapture, un genre de Metropolis sous-marin des années 1950 dans lequel le génie génétique a prolongé les « expériences médicales » nazies, une atmosphère délirante et stressante mais qui nous emmène de surprise en découverte.

Le « gameplay » est excellent et très bien pensé, notamment le fait que les munitions et autres ressources sont relativement rares et qu’il faut donc bien explorer le jeu et utiliser au mieux ce qu’on y trouve plutôt que de « canarder dans le tas ».

A noter cet excellent jeu doit définitivement être réservé aux adultes. J’avoue avoir été moi-même dérangé par le choix cornélien concernant le sacrifice des « petites soeurs » : faut-il vraiment étriper de jolies petites filles pour obtenir plus d’Adam, cette ressource indispensable à la poursuite du jeu ?

A part ça, le jeu est techniquement magnifique, mais il requirt une machine dernier cri. J’ai particulièrement apprécié le rendu de l’eau (un sujet qui m’intéresse pas mal) que l’on trouve un peu partout sous divers aspects. La déformation de la vision lorsque le jouer passe sous une cascade est particulièrement réussie, entre autres.

La seule vraie critique concerne un point énervant : il n’est pas possible de reconfigurer les touches A, Q et Z du clavier français pour les changer en  Q, W et A pour correspondre au clavier suisse ! Impossible de jouer pour un gamer suisse habitué aux FPS ou ces touches sont devenues le standard poru contrôler les déplacements. Honte aux développeurs. Bouh! . Heureusement, on peut s’en sortir en éditant un fichier de configuration, mais c’est pénible…

Portal, le jeu hyperspécial

Noël approche, et les jeux qui:

 

  1. ne sont pas trop idiots
  2. ne demandent pas des PC flambant neufs avec cartes graphiques d’enfer

ne seront pas légion. J’en ai déjà trouvé un : Portal

 

 

Portal est un jeu de plates-formes en 3D, ou plutôt un jeu de casse-tête en 4 dimensions basé sur une idée toute bête : à l’aide d’un engin futuriste, on peut percer des trous dans l’hyper-espace, en créant un portail entre deux lieux distincts du décor.

 

Ca permet évidemment de passer certains obstacles directement, mais aussi de faire plein de choses amusantes permettant de passer chacun des 19 tableaux.

Le moyen le plus simple, le plus rapide et le (presque) moins cher de vous le procurer est d’utiliser la plateforme Steam.

Powder Game

Powder Game est un petit « jeu » en ligne un peu dans la ligne de Line Rider : il n’y a pas vraiment de but mais on s’amuse beaucoup et on peut imaginer faire quelque chose de joli.

Dans Powder Game, on dispose du sable, de l’eau, de la poudre explosive, du feu et d’autres ingrédients sur le plan de jeu, et tout interagit selon les lois de la physique en général et de la mécanique des fluides en particulier.

On ne trouve pas encore beaucoup de démonstrations spectaculaires, ça viendra, mais en voici une pour vous faire une idée :

Source : article sur Fun-Motion (en anglais)

ThreadSpace: Hyperbol

Le journal « Joystick » de septembre attribue une « Megastar » à un jeu sorti de nulle part : ThreadSpace: Hyperbol, en le gratinant de toutes sortes de commentaires élogieux, à commencer par une palme de l’originalité.

Hyperbol est un jeu de combat en réseau : pilotant un « vaisseau spatial », sur une carte plane ressemblant plus à un flipper géant qu’à l’espace intersidéral, il s’agit d’atomiser les ennemis passant par là à l’aide de très nombreuses armes offensives et défensives qui font tout l’intérêt du jeu :

  • Certains projectiles explosent au premier contact, d’autres seulement quand on leur dit de le faire après des rebonds éventuels.
  • Certains tirs peuvent être courbés pour atteindre des cibles qui se croient à l’abri, ou on peut faire partir des missiles dans une direction après les avoir lancés dans une autre
  • Les trajectoires peuvent être déviées par des armes défensives comme des répulseurs ou des « trous noirs », qui permettent même de les renvoyer à l’expéditeur!
  • Et il y a encore des douzaines d’armes dont je ne maitrise pas encore les subtilités.

Les lois de la physique sont donc un élément essentiel du jeu et la rapidité de réaction est importante, mais la stratégie est absolument vitale. Celui qui gagne n’est pas celui qui tire le premier, mais celui qui a bien configuré son vaisseau, gardé de l’énergie pour le déplacer et mieux géré la production des munitions et réparé les éléments endommagés.

Comme dans tous les jeux en réseau intelligents, la collaboration et le travail en équipe nécessitent un niveau de jeu que je n’ai pas encore, mais il semblerait que ceci fasse tout l’intérêt d’Hyperbol.

Techniquement, Hyperbol est très beau et ne nécessite pas une machine hyper puissante. Mon seul reproche va à l’interface utilisateur très difficile à utiliser à la souris : il s’avère rapidement indispensable de maitriser parfaitement les touches de raccourci clavier pour survivre.

Hyperbol n’est disponible que via Steam, une plateforme de jeu en ligne qui permet de télécharger, d’acheter et de jouer à des jeux en réseau. On peut bien s’initier à Hyperbol avec la démo et se risquer à des batailles en réseau pendant 4h gratuitement avant de débourser la modique somme de $20 si on est vraiment accro, ce qui risque bien de m’arriver…

Line Rider

Line Rider est-il un jeu ? un machin rigolo destiné à perdre du temps ? un génial petit bout de code ? un outil de création artistique sans limite ?

En tout cas, cette petite simulation de luge glissant sur des lignes dessinées à la souris est devenu un véritable phénomène sur internet et, d’après la Wikipedia, va envahir les consoles de jeu très bientôt.

Pour vous faire une idée, vous pouvez admirer une des nombreuses pistes créées par le désormais célèbre TechDawg :

Ca à l’air simple, mais il faut savoir que le lugeur tombe assez facilement de sa monture en cas de choc, si la piste comporte des angles par exemple. Les courbes de la piste doivent donc être soigneusement étudiées et testées pendant très longtemps avant d’arriver à effectuer chaque saut acrobatique avec une réception réussie.

Les deux sites ci-dessus proposent divers outils pour dessiner de belles pistes plus facilement, vous comprendrez vite comment ça marche. Pour attaquer en français, visitez le site linerider.fr est la référence.

Bonne glisse !

Professor Fizzwizzle

Professor Fizzwizzle de Grubby Games est encore un de ces petits jeux touts bêtes où l’on passe de longues minutes à se gratter l’occiput et à se fourvoyer lamentablement avant d’avoir, enfin, l’éclair de génie permettant de « passer le tableau », et de recommencer…

La version démo est assez longue pour se faire une idée assez précise de la difficulté progressivement diabolique des tableaux, qui se suivent sans aucune pitié pour vos neurones surchauffés, ensuite ça coûte $20 pour achever de les griller.